• Geneviève Lazaron

COVID + JEUNESSE= MAL ÊTRE

Mis à jour : mars 12




Privés d’activités extra-scolaires, de jobs étudiants, de cours en présentiel, de leurs amis, de stage,… nos ados font partie des victimes de ces confinements répétés et de cette période sans perspective d’avenir clair.


Selon une récente étude publiée par l’UMons, 80% des 18-25 ans présentent des signes de dépression supérieurs à la moyenne.


Ce constat ne se limite pas la catégorie des 18-25 ans. Une forte augmentation de la dépression est détectée chez les 12-18 ans.


L’augmentation sans doute la plus inquiétante se trouve chez les 8-11 ans, où le pourcentage de jeunes présentant un niveau d’anxiété supérieure à la moyenne passe de 9,9% durant la première vague à 23,9% au court de la seconde ; soit une augmentation de 14% !

Chez les 3-7 ans le pourcentage de jeunes présentant un niveau d’anxiété supérieur à la moyenne a augmenté de 0,2% entre la première et la seconde vague, pour culminer à 7,5%.


La situation est sans appel : les jeunes vont mal !


La santé mentale : un axe prioritaire de l’institution provinciale


Les Services provinciaux de Santé Mentale - 8 S.S.M. et leurs 3 antennes, tous implantés au sein des Maisons du Mieux-Être et sont composés d'environ 120 personnes sur le terrain - reçoivent toute personne - enfants, ados, adultes et personnes âgées - en situation de mal-être - difficultés conjugales, familiales, scolaires, troubles du développement, du langage, anxiété, dépression, etc.. Ils offrent des consultations psychiatriques, pédopsychiatriques, psychologiques individuelles, familiales, des consultations et rééducations logopédiques et de psychomotricité.


On trouve les Services de Santé Mentale à Andenne, Beauraing, Ciney, Couvin, Dinant, Florennes, Gembloux, Jemelle, Namur et Tamines.


Concrètement

Les chiffres du Service de Santé Mentale de Couvin peuvent être transposés à l’échelle du territoire provincial.

Du 1er janvier et le 13 mars, le service comptabilisait 1.235 consultations. Entre le 14 mars et le 30 juin ce n’est pas moins de 2.333 consultations auxquelles le service à dû faire face. Ce chiffre a augmenté 265 consultations pour la période comprise entre le 1er juillet et le 31 octobre 2020.


Au total ce n’est pas moins de 7.926 consultations, auxquelles s’ajoutent 2.392 consultations au club thérapeutique qui ont été recensées pour l’année 2020. Le pic des consultations fut atteint en octobre avec 857 consultations mensuelles. Les consultations d’ordre psychologique représentent 1.911 consultations annuelles auxquelles il faut ajouter 791 consultations psychiatriques. Ainsi, les consultations psychologico-psychiatriques représentent 34,14% des consultations globales du S.S.M. Couvin pour l’année 2020. La part des e-consultations est de 2.467.


Les tranches d’âge des 3 à 15 ans puis des 25 à 50 ans sont sur-représentées. Ces tranches d’âge restent relativement stables sur les différentes années de comparaison. Le public que constitue les familles est le public cible majoritaire avec une augmentation significative des demandes de ou pour des femmes, fillettes ou jeunes filles. Cette part de public féminin représente 250 demandes pour l’année 2020.


292 demandes (ou réactivation d’anciens dossiers) sont faites au service pour des raisons liées, de près ou de loin, à la COVID19 entre le 15 mars et le 28 décembre 2020. Les causes de ces demandes sont, entre autres, les suivantes :


- Décès d’un proche de la Covid19

- Solitude amplifiée par la crise. Enfants ou adolescents qui présentent des symptômes de tristesse, repli ou des symptômes comportementaux tels que violence, agitation et l’agressivité

- Usagers en repli, isolés, anxieux

- Phobies sociales exacerbées

- Tentatives de suicide

- Difficultés scolaires

- Difficultés relationnelles au sein de familles ou négligences ou maltraitances

- Charge mentale amplifiée par la pandémie

- Débordement émotionnel


Ce ne sont pas moins de 427 dossiers auxquels ont été confrontés l’équipe de Couvin pour l’année 2020 contre 368 en 2019 soit 10 195 prestations en santé mentale en 2019 et 10 490 en 2020.


Au Service de santé mentale de Namur « Astrid » destiné aux jeunes et aux adultes, on observe une nette augmentation des prises en charge d’adolescents en fin de secondaire – début du supérieur. Perte de repères, stress, angoisse,…


Le service provincial de la Maison de l’Adolescent (la MADO) à Namur (subsidiée par lavFWB), confirmeégalement cette observation. De plus en plus de jeunes font appel à leur service pour des raisons de souffrance psychique, de perte de sens par rapport à la scolarité, de difficultés de concentration, de décalage avec les méthodes d'apprentissage, etc.


Sont proposés :

• Un accueil inconditionnel, en toute confidentialité et liberté, des adolescents de 11 à 22 ans.

• Une écoute personnalisée.

• Une aide pour poser un état des lieux de leur situation, de leurs ressources, de leurs besoins.

• Au besoin, une orientation vers l’un de nos services partenaires qui pourra les informer sur toutes les possibilités, opportunités et lieux qui s’offrent à eux dans différents domaines comme le logement, l’assuétude, la santé mentale, l’emploi, le décrochage scolaire, … (Tous ces services partenaires sont représentés au sein de la MADO par un collaborateur qui effectuera des permanences dans nos locaux ou dans ceux de son institution).

• Une prise en charge rapide et efficace de la problématique propre à chacun.


De son côté également, le Service d’Aide et d’Intervention Locale pour les Familles et les Enfants (le SAILFE) à Dinant.


L’équipe, pluridisciplinaire, se compose de :

  • Un Neuropédiatre-Coordinateur

  • Un Pédopsychiatre

  • Une Juriste

  • 5 Psychologues

  • Une Assistante sociale-Criminologue

  • Une Assistante sociale

  • Une secrétaire :

Les Equipes SOS Enfants ont pour mission de prévenir et traiter les situations où des enfants risquent d’être ou sont victimes de maltraitance qu’elle soit physique, psychologique, sexuelle ou liée à une négligence (décret du 12 mai 2004 relatif à l’aide aux enfants victimes de maltraitance qui institue les équipes SOS Enfants).


La prise en charge concerne donc:

  • l’enfant jusqu’à 18 ans,

  • la famille de l’enfant (proche ou élargie),

  • toute autre personne de l’entourage de l’enfant,

  • les professionnels (médecins, psychologues, assistants sociaux, instituteurs, éducateurs, puéricultrices, aides familiales.


L’équipe provinciale du SAILFE a vu une augmentation des consultations l’été dernier qui, après une accalmie à la rentrée scolaire, a observé une nouvelle augmentation d’autant plus forte en ce début 2021.


L’équipe Mobile d’Intervention en Santé Mentale (EMISM) sur demande des acteurs de première ligne, a, elle aussi, soutenu davantage de jeunes en état de souffrance psychique.


Véritable miroir grossissant des fragilités et catalyseur de difficultés préexistantes (violences conjugales, familles dysfonctionnantes, dépendances, isolement, difficultés sociales, …), la crise sanitaire nous a tous frappé de plein fouet.


Néanmoins, si chaque tranche d’âges a été mise en exergue – notamment nos aînés particulièrement vulnérables – les adolescents ont été largement négligés dans les différentes décisions des Comités de Concertation.


Si aujourd’hui, les instances se rendent compte de cette négligence, à aucun moment les différents services de santé de la Province de Namur n’ont cessé leurs activités en faveur des jeunes.


Des services qui s’adaptent à ces besoins


Les services se sont adaptés grâce à une hybridation des prises en charge soit à distance ou en présentiel. Certains centres ont également instauré le « walking-therapy » qui permet de recevoir les patients en extérieur, limitant ainsi les risques de contagion tout en préservant le contact.


À titre d’exemple, le Service de santé mentale et le Club thérapeutique de Couvin ont, ensemble, comptabilisés une augmentation de 20 % de e-consultations en 2020, soit 2467 e-consultations.


Pour joindre les services mentionnés :


SSM Andenne Rue de Hôpital, 23 081/776.838 ssm.andenne@province.namur.be SSM Beauraing Rue de l'Aubépine, 61 081/776.827 ssm.beauraing@province.namur.be SSM Ciney Rue Walter Soeur, 66 081/776.825 ssm.ciney@province.namur.be SSM Couvin Ruelle Crascot, 12 081/776.824 ssm.couvin@province.namur.be SSM Dinant Rue Alex Daoust, 72 081/776.837 ssm.dinant@province.namur.be SSM Florennes Rue Gérard de Cambrai, 18 081/776.831 ssm.florennes@province.namur.be SSM Gembloux Chaussée de Tirlemont, 14a 081/776.793 ssm.gembloux@province.namur.be SSM Jemelle Avenue de Ninove, 32 081/776.841 ssm.jemelle@province.namur.be SSM Namur Balances Rue Château des Balances, 3bis 081/776.712 ssm.namur.balances@province.namur.be

SSM Namur Astrid Avenue Reine Astrid, 20A 081/776.713 ssm.namur.astrid@province.namur.be SSM Tamines Rue Emile Duculot, 11 081/776.840 ssm.tamines@province.namur.be


Maison de l'Adolescent (MADO) dont les services sont gratuits.

Rue de Fernelmont 242, 5020 Namur

081/77.64.83

mado@province.namur.be


SAILFE

Rue Georges Cousot 5

5500 Dinant

081/77.68.05

Sailfe@province.namur.be

44 vues0 commentaire

© 2020 Geneviève Lazaron

  • Facebook Genevieve Lazaron
  • YouTube Genevieve Lazaron
  • Instagram Genevieve Lazaron