• Geneviève Lazaron

Petite enfance à Namur : 3 nouveautés


1/1ère en Wallonie : Accueil spécifique pour enfants malentendants à la crèche Piconette

2/ Un avenir pour l'école de Plomcot

3/ Un guide de la Petite Enfance en ligne

Lors d'une conférence de presse ce mardi, l'Echevine Geneviève Lazaron a présenté quelques nouveautés dans le secteur de la Petite Enfance à Namur. Indépendamment de la SONEFA, asbl communale qui gère l’accueil de la petite enfance, il y a un intérêt tout particulier du Collège communal pour ce secteur. Une façon d’y penser, c’est apporter un coup de pouce financier à certaines structures. C’est notamment le cas d’un subside qui a été octroyé lors du Conseil Communal du 25 juin afin de soutenir les projets des consultations ONE. C’est aussi reconnaître le précieux travail de tous les bénévoles qui oeuvrent dans ces consultations très fréquentées.

1/ 1ère en Wallonie : Accueil spécifique pour enfants malentendants à la crèche Piconette

Depuis un an, l'Echevine est en contact avec l’ASBL Ecole et Surdité. Cette asbl dispense un enseignement bilingue français – langue des signes. Les enfants sourds et malentendants sont intégrés dans un milieu entendant pour recevoir une formation comparable à celle des entendants. Force est de constater que chaque enfant sourd ou entendant utilise, hors cours, la langue qui lui vient spontanément. Cet enseignement leur permet la maîtrise de la langue des signes et de la langue française.

L’an dernier, c’est en sa qualité d’Echevine de l’Enseignement qu'elle a été sollicitée afin que la Ville de Namur soit partenaire du projet européen « Comenius Regio » ayant pour sujet le rapprochement de l’ASBL Ecole & Surdité via l’Ecole Sainte-Marie de Namur et une école similaire de Ramonville (près de Toulouse).

C’est avec enthousiasme que l'Echevine a présenté le projet à ses collègues du Collège et du Conseil qui ont accepté et en ont même relevé la qualité.

Sensible à l’intérêt dont elle avait fait part, en juin dernier Mme Dehalleux, pédiatre et responsable de l’ASBL Ecole & Surdité est venue lui faire part d'un constat troublant.

L'expérience d’enseignement « bilingue » est unique en Communauté Française. Depuis 2000, l’asbl travaille en étroite collaboration avec l’école Sainte-Marie et depuis quelques années, le projet a même évolué dans les classes supérieures. Les aînés étant actuellement en 3ème année secondaire, le principe étant de monter avec les élèves.

Un groupe de recherche en linguistique existe aussi aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur. S’il n’est pas encore possible à un étudiant sourd de suivre un cursus complet en langue des signes, une franche avancée existe.

Nous retrouvons donc ce type de bilinguisme au niveau maternel, primaire, secondaire et universitaire. Il était clairement établi que le chaînon manquant était la petite enfance.

Selon les professionnels dont Mme Dehalleux fait partie mais aussi de l’avis des enseignants de Sainte-Marie, il existe une grande différence entre les enfants entendants et les enfants sourds ou malentendants. Dès la première maternelle, une différence est constatée dans le développement de l’enfant (compréhension des consignes,….). Il est bon de savoir que 95% des enfants sourds ou malentendants sont issus de familles entendantes. L’école est, pour eux, le principal et parfois le seul milieu d’accès précoce et naturel à la langue des signes. En ce qui concerne les enfants sourds issus de familles sourdes, l’école peut-être leur principal accès vivant au français.

On se situe donc au-delà de la dimension du handicap mais bien de l’accueil des personnes sourdes sur base de la spécificité de la langue qu’ils utilisent. Au-delà de l’aspect médical de la réparation de l’oreille, on est dans l’aspect humain de leur vie.

Les circonstances ont voulu qu’un enfant sourd, bien connu par le Docteur Dehalleux, soit accueilli à la maison d’enfants Piconette. C’est là que la réflexion s'est imposée : pourquoi ne pas essayer le bilinguisme dès la crèche ?

Pour que le projet réussisse, il fallait que l’équipe soit partante et qu’une puéricultrice compétente soit engagée sur fonds propres « Ville ».

Immédiatement, l’équipe s’est montrée enthousiaste et motivée à l’idée que la puéricultrice (qui est aussi institutrice) rejoigne leur équipe à mi-temps.

Il restait à présenter le dossier au Collège communal et les convaincre. Il a donc été décidé collégialement d’engager un mi-temps, déjà effectif depuis le 3 septembre.

La crèche Piconette accueille un enfant sourd. Il leur sera ainsi possible d’en accueillir 3 à 4 .

Geneviève Lazaron a eu le plaisir de présenter Melle Isabelle DABIN, puéricultrice sourde de Piconette qui avait tenu à être présente avec une interprète.

Même si le projet est assez spécifique, rappelons que le travail en crèche est un travail d’équipe et donc que Melle Dabin ne s’occupe pas uniquement de l’enfant sourd mais bien de tous les enfants présents sur place.

2/ Un avenir pour l'école de Plomcot

Dans ses missions d’Echevine de l’Enseignement, Geneviève Lazaron a eu à assumer dernièrement la fermeture de la petite école fondamentale de Plomcot. Cette fermeture ne s’est pas déroulée brutalement, elle a été anticipée, préparée et accompagnée. La page de l’école de Plomcot tournée, l'Echevine a imaginé la récupération du bâtiment de l’aile maternelle, pavillon communal, afin d’y installer un milieu d’accueil. C’est donc tout naturellement qu'elle s'est tournée vers la SONEFA et plus particulièrement vers le service des accueillantes. Le choix a été fait d’ouvrir un milieu de co-accueil comme il en existe ailleurs. Il s’agit de 2 accueillantes qui, ensemble, peuvent accueillir 10 enfants simultanément et en inscrire 14 en fonction de la présence des enfants à temps partiel.

Après accord du Collège, tout s'est mis en route. L'ouverture est prévue en novembre. Au vu des difficultés des jeunes parents à trouver une place d’accueil, Geneviève Lazaron est persuadée que cette initiative sera appréciée par les familles namuroises.

3/ Un guide de la Petite Enfance en ligne

A l’heure où le réflexe de recherches nous renvoie assez systématiquement vers internet, il nous est paru utile d’apporter les réponses aux questions que les futurs parents peuvent se poser concernant le monde de la Petite Enfance.

Par exemple :

quand inscrire mon enfant en crèche ?

où se passent les consultations ONE ?

où changer son bébé en ville ?

La Ville de Namur se met ainsi au goût du jour. Sur le site internet officiel de la Ville, il existe désormais un sous-site PETITE ENFANCE.

Comment y accéder : www.ville.namur.be Sélectionner dans le moteur de recherche « Les autres sites de la Ville » : petite enfance ou encore via la thématique : Education/Jeunesse.

#petiteenfance #namur

© 2017 Geneviève Lazaron

  • Grey Facebook Icon
  • Grey RSS Icon