• Geneviève Lazaron

Des formations ciblées pour lutter contre le harcèlement

Les questions de harcèlement ou de violences dans les cours de récréation font parler d’elles trop souvent. Lors de l'élaboration de la Déclaration politique Provinciale en début de législature, j'avais insisté pour que la lutte contre le harcèlement fasse partie de nos priorités d'actions. Qu'il s'agisse de harcèlement scolaire ou de cyber-harcèlement, ces fléaux ont des conséquences énormes et il m'importe à tout prix de réagir.


Des formations ciblées pour accueillantes extra-scolaires

Sur le terrain, il a été constaté que ce sont généralement les accueillantes qui doivent faire face à des situations complexes. Difficile de savoir s’il s’agit de violence, de harcèlement, d’une simple dispute, de jeux... Pas facile donc d’adopter la bonne attitude, le bon comportement, de trouver les bons outils….


On sait pourtant qu'à l'heure actuelle, de plus en plus d'enfants passent du temps dans les garderies chaque jour, il est primordial que celui-ci s'y sente en sécurité.


C'est dans ce contexte que la Province de Namur et l'ONE ont souhaité se focaliser sur cette problématique grave et, malheureusement, de plus en plus banalisée, en proposant des formations ciblées pour les accueillantes extra-scolaires, fréquemment à l'origine de problématique du genre.

Ces formations, réparties dans différentes communes du territoire provincial (depuis 2019 : Gembloux, Philippeville, Dinant,... ), visent à leur permettre de mieux comprendre les situations face auxquelles elles se trouvent et donnent des outils, des pistes concrètes pour les gérer.


La dernière formation composée d'ateliers variés, de réflexions, d'échanges,... qui a eu lieu ce jeudi 21 octobre 2021 a réunis près de 150 professionnel(les). La première avait alors attiré près de 230 accueillantes de l'arrondissement de Namur. Ces chiffres sont la preuve du succès mais également du besoin critique d'en apprendre plus sur cette problématique.


Je suis très heureuse d'impulser cette initiative et de pouvoir relayer ce savoir dans le but de canaliser et couper court à toute forme de harcèlement qui pourrait naître dans nos milieux d'accueil.






20 vues0 commentaire