• Geneviève Lazaron

Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie...


La Déclaration de politique provinciale pour la législature 2012-2018 de la nouvelle majorité MR-CDH a été votée le 25 janvier, sans surprise, majorité contre opposition. C'est un travail de fond qui va pouvoir commencer pour les députés en place à la Province de Namur. Surtout pour les deux nouvelles députées d'ailleurs qui découvrent encore l'institution et son administration.

Cette déclaration est un socle fondateur fort qui compte près de 50 pages et aborde tous les domaines et tous les métiers provinciaux : le tourisme, l'économie, l'éducation et les formations, les services techniques, les partenariats Villes/province, la culture, la mission du Gourverneur, le médico-social, le domaine de chevetogne, les musées,.... Un travail conséquent que chacun devra s'approprier afin d'avancer vers un horizon commun jalonné par les marques du changement.

En ce qui concerne ses domaines de compétences, voici une vision plus personnelle de Geneviève Lazaron :

Bien dans sa tête, bien dans son corps, bien dans sa vie…

Une vision globale pour les politiques culturelles, sportives et médico-sociales de la Province de Namur

La Province accompagne le citoyen tout au long du chemin de la vie. Au travers de la diversité des publics visés et des actions menées dans leur cadre, nos politiques médico-sociales, culturelles et sportives en offrent une excellente illustration. Cette vision globale se donne pour objectifs principaux la recherche du « bien vivre ensemble », la cohabitation harmonieuse des générations, une présence équitable sur l’ensemble du territoire, une démocratisation accrue des services, le respect de toutes les catégories de la population, avec une attention particulière à l’égard des plus fragilisées.

Dans un souci d’efficacité et d’utilisation optimale des moyens publics, elle privilégie les synergies avec les acteurs locaux, au premier rang desquels les communes, partenaires « naturelles » de la Province. Elle observe strictement les principes de la bonne gouvernance, avec pour maîtres-mots : efficacité, équité, intégrité, et souci permanent de faire prévaloir l’intérêt général. Notre objectif étant : Rendre possible, ce qui est nécessaire.

Œuvrer au mieux-vivre

Certes, la Province n’a pas de baguette magique pour garantir le bonheur à chacun, mais elle dispose des compétences et des moyens pour contribuer à rencontrer ces besoins essentiels, à adoucir le sort et améliorer le quotidien des gens.

Le large éventail de ses actions dans le secteur médico-social mérite assurément d’être mieux promu. Car, de manière générale, les programmes provinciaux de santé publique sont mal connus. Sait-on assez que nos services provinciaux de santé mentale offrent à l’ensemble de notre population un accès de proximité, adapté et à coût abordable ? Cette accessibilité permet à de plus en plus de patients fragilisés ou vulnérables d’accéder aux soins nécessaires à leur traitement mais aussi à la prévention de situations délicates (lutte contre les abus sexuels, prévention du suicide, changement de milieu de vie des personnes âgées, intégration de personnes immigrantes…). Sur ces différents fronts de l’action médico-sociale, il conviendra d’élargir le champ d’intervention de nos services afin que nos centres soient accessibles sur l’ensemble du territoire de la province.

Dans le cadre de la santé scolaire, le récent rapprochement (fin 2010) du Service de Promotion de la Santé à l’école et des Centres PMS a permis de développer une approche psycho-médico-sociale globale du bien-être de l’élève, plus cohérente et plus efficace, dans 37 communes. Lutter contre le décrochage scolaire par la mise en place d’activités, de remédiation et de soutien en partenariat avec l’UTAN et toutes autres associations d’aînés s’inscrivant dans la même démarche est également une piste à développer.

En matière de prévention (dépistage du virus VIH ou des MST,…), les programmes sont destinés à de multiples publics et les interventions sont menées en partenariat avec le milieu associatif. Du côté de la Petite Enfance, la Province doit soutenir le métier d’accueillante à domicile ainsi que toute structure privée ou publique agréée par l’ONE.

Les campagnes de prévention et de promotion de la santé doivent rester une action essentielle du secteur Médico-Social car nos citoyens sont loin d’imaginer les ressources de nos services et les possibilités qui sont mises à leur disposition de manière démocratique.

En collaboration avec le CHR, nous misons beaucoup d’espoir dans la réalisation du projet de « la Maison de répit » au Domaine de Chevetogne. Cette maison de répit, destinée aux familles de jeunes patients en phase critique sera un endroit d’accueil adapté, avec des soins appropriés.

Médico/Social : LES PISTES CONCRETES : (en résumé) * Programmes de prévention (suicide, sida,…) : il faut rapidement relancer des campagnes d’information pour tous mais en particulier pour les jeunes en contactant les écoles, les maisons de jeunes,… * Santé Mentale : axe important de l’offre provinciale, il faut développer des synergies avec d’autres partenaires (en demande de collaboration) sur le territoire de la province afin d’étoffer l’offre et le soutien tant aux patients qu’aux familles * Petite Enfance : il faut soutenir le métier d’accueillante ainsi que toutes structures privées ou publiques agréés par l’ONE * Santé publique : il faut promouvoir les programmes trop méconnus * Concrétisation du projet de la Maison de répit au Domaine de Chevetogne en collaboration avec le CHR

Le Logement

L’un des facteurs ayant une influence indéniable sur la santé est le logement.

Bien que la volonté de la Région Wallonne soit de recouvrer l’ensemble de cette compétence, l’institution provinciale doit rester attentive aux conditions de vie sanitaires de ses administrés. Dans un contexte économique difficile, aggravé par l’envolée du marché immobilier, surtout en zone urbaine, la politique d’un logement pour tous - mais pas à n’importe quel prix ni dans n’importe quelle condition ! - doit être défendue par les acteurs locaux. La poursuite des collaborations avec les Agences Immobilières Sociales y contribuera certainement. Dans le cadre de la problématique de l’habitat permanent, la Province doit inciter les communes concernées à s’inscrire dans la poursuite d’une dynamique de collaboration via laquelle nous pouvons les aider par des moyens financiers et humains.

Logement : LES PISTES CONCRETES : (en résumé) * Etre attentifs aux bonnes conditions de vie sanitaire de tous nos concitoyens (via le SAMI) * Habitat permanent : rester attentifs à la problématique en continuant à soutenir une intervention vers ces milieux de vie précaire pour éviter qu’ils ne basculent vers des zones de non-droit mais aussi en y maintenant le service médico sociaux (aides à domicile, distribution alimentaire, lutte contre la violence familiale,…)

Culture pour tous…

La culture dans toutes ses expressions joue un rôle précieux, irremplaçable,

dans le développement humain et la démocratie.

Le projet incontestablement prioritaire est celui de la rénovation de la Maison de la Culture : point central de la politique culturelle provinciale qui aura un impact direct sur plusieurs disciplines : musique, chant, arts plastiques, théâtre, poésie, cinéma,…

La majorité provinciale souhaite mener une politique culturelle dynamique, créative, à la fois classique et innovante par le biais de toutes les disciplines artistiques et de nos musées. Cette politique doit répondre au mieux aux souhaits et aux besoins des citoyens. Pour paraphraser le Chevalier de Lagardère « s’ils ne vont à la culture, la culture ira à eux ! ».

Il est donc nécessaire de développer les initiatives de proximité afin de populariser la culture. L’expression s’entend bien entendu dans son sens le plus noble et traduit l’ambition de faire découvrir la culture au public le plus large possible. Nous pouvons et devons faire office de boussole pour orienter chacun vers la porte d’accès à la culture qu’il recherche et qui lui convient.

La mobilité de la culture est aussi un paramètre important du point de vue territorial et renforce tout l’intérêt de développer et d’optimaliser les synergies avec les communes, afin d’en assurer la pérennité. La bibliothèque itinérante en est, entre autres, un remarquable exemple. Comme la lecture publique, le théâtre amateur jouit d’une représentation territoriale incontournable. La diversité des publics rencontrés en reflète tout l’enjeu socio-culturel. La Province doit s’adapter à ce type de demande et valoriser cette activité : carnet d’adresses des troupes, décentralisation des formations, mise à disposition de moyens techniques, appel à projets, aide à la création collective via Théâtre-Action (mise en scène, maquillage, …). Notre objectif doit être d’augmenter l’impact collectif et individuel du Théâtre-Action

La création d’un « Pôle à l’Image », régulateur d’une politique cinématographique intégrée s’affirmera comme un outil majeur de développement culturel. Le partenariat avec les grands festivals sur le territoire provincial (FIFF, Média 10-10, Festival du cinéma belge de Moustier, Festival du film nature,…) restera une priorité.

Le soutien aux artistes namurois de talent sera accru en développant une offre de formation pluridisciplinaire de qualité et évolutive. La Province doit pouvoir soutenir les jeunes talents et les aider à accéder à l’exercice professionnel de leur art. Au travers des Bourses du Fonds Thirionet, la Province mettra en évidence le travail de qualité et les talents locaux pour qu’ils deviennent nos ambassadeurs culturels.

Toujours en matière d’acteurs de proximité, les centres culturels (20 en province de Namur) sont des relais importants. Le projet d’un nouveau décret en matière de subsidiation renforce encore leur mission essentielle de rendre la culture accessible pour chaque acteur individuel ou collectif. La Province joue vraiment un rôle d’appui. Il s’agit d’une véritable cohérence dans l’action culturelle qui vise au décloisonnement, à la coopération et ce, au bénéfice du droit à la culture pour tous.

Dans ce chapitre culturel, nous ne pouvons perdre de vue que l’année 2014 sera marquée par la commémoration de la première guerre mondiale. Le centenaire donnera lieu à de nombreuses initiatives lancées ou soutenues par la Province : par exemple projets intergénérationnels, Territoire de mémoire, programme de lutte contre la violence,… En assumant notre mission de passeur de mémoire, nous œuvrons à un avenir meilleur.

Culture : LES PISTES CONCRETES : (en résumé) * Action phare : rénovation de la Maison provinciale de la Culture. Il s’agit d’un point central qui aura un impact direct sur plusieurs disciplines. * Développer des actions de proximité afin de faire découvrir la culture au public le plus large possible en soutien aux communes et via les centres culturels * Développer la mobilité de la culture via les réseaux de lecture publique, expositions décentralisées, théâtre amateur, partenariats événementiels,… * Promouvoir les formations du service de la Culture tant auprès du public, que des écoles ou des entreprises privées * Finaliser l’étude de développement d’un « Pôle à l’image » et en tirer les conclusions * Promouvoir encore plus notre Patrimoine Culturel provincial par la mise en place d’activités pédagogiques * Soutien aux artistes namurois via une offre de formation adaptée et le fonds Thirionet * Mise en adéquation de l’offre culturelle avec la demande des citoyens * Rencontrer les différents acteurs culturels de la Province et mettre en place une plate-forme de dialogue et de rencontre afin d’établir des synergies entre secteurs.

…et tous au sport !

A l’heure actuelle, quand nos citoyens ont besoin de se défouler ou encore de se divertir en allant applaudir les sportifs de haut de niveau qui ne manquent pas dans notre Province, il est devenu inévitable d’implémenter le sport dans la dynamique provinciale.

Le Sport, dans sa dimension événementielle, sera un véritable levier à activer pendant cette législature. Il s’agit d’un vecteur promotionnel, touristique et économique. La Province investira afin d’accroître sa capacité d’attractivité et ainsi promouvoir son patrimoine et son territoire. Concrètement, un soutien aux grands événements sportifs sera mis en œuvre. Mais aussi une meilleure collaboration aux organisations sportives des comités provinciaux dans leurs différentes disciplines afin de maximiser l’implication de La Province.

Il est tout aussi important de développer le sport à toutes les étapes de la vie de nos citoyens. L’accent doit être mis sur le sport accessible à tous, dans le cadre du lien « sport/santé » en valorisant les outils existants dans le secteur médico-social.

Via ce département, le Collège mettra en place des activités visibles et efficaces pour un public cible varié : sport bien-être et sport-santé (hors esprit de compétition), «sport accessible à tous» (du plus jeune au moins jeune et du plus valide au moins valide) et ainsi rendre au sport toute sa vocation d’éducation, d’émancipation et de promotion à la santé et à la hauteur des rapports humains qu’il engendre.

L’élaboration d’une politique sportive intégrée est aussi souhaitable et relativement facile à mettre en pratique via des informations pour gestionnaires de clubs, des formations premiers secours,…

Sport : LES PISTES CONCRETES : (en résumé) * Le sport constitue un nouveau vecteur promotionnel pour la Province notamment par le soutien aux grands événements sportifs. * Le sport accessible à tous, le sport-santé sera également un axe développé. Rencontrer les acteurs provinciaux afin de se concerter pour rendre l’implication de la Province proactive et qualitative, mettre en place des formations (par exemple « premiers soins ») seront proposées aux gestionnaires de clubs sportifs,…

Les communes, partenaires privilégiées !

Chaque fois que possible, l’action provinciale doit se mener en synergie avec les communes. Il convient de veiller à capitaliser la « plus-value de la Province » afin que ces partenariats soient durables. Nous devons travailler main dans la main pour un rapprochement constructif qui ne soit pas uniquement centré sur l’image ou l’opportunité.

Notons aussi que le budget provincial 2013, présenté en 2 séances publiques du Conseil a été voté Majorité contre Opposition ( sans surprise là non plus) ce mardi 5 février.

#ProvincedeNamur #Lazaron #députés

© 2020 Geneviève Lazaron

  • Facebook Genevieve Lazaron
  • YouTube Genevieve Lazaron
  • Instagram Genevieve Lazaron