• Geneviève Lazaron

Diminution des récidives de violences à Anvers grâce à son FJC. Pourquoi pas à Namur ?


Ce mardi 26 novembre, au lendemain de la Journée Internationale contre les violences faites aux femmes, une journée d'échanges était organisée au Delta pour traiter de ce sujet qui me tient vraiment à cœur mais également annoncer le projet de "Family Justice Center" à Namur. Particulièrement sensible à cette problématique, je porte une attention particulière à l'état d'avancement de ce projet mobilisateur en vue d'une concrétisation de celui-ci.

Mais qu'est-ce qu'un Family Justice Center ?

Ce type de structure a pour but de regrouper une équipe multidisciplinaire de professionnels déjà existant afin de leur permettre de collaborer ensemble, avec les mêmes procédures, dans le but de fournir des services coordonnés aux victimes de violence. Cela ne vise donc pas à étendre l'offre mais bien à la centraliser.

Le concept existe dans plusieurs pays en Europe et nous disposons déjà de 3 Family Justice Center en Belgique. La chargée de projet du Family Justice Center namurois issue de la Ville de Namur, Charlotte Ramet, ainsi que Myriam Sabrir, coordinatrice en charge du projet à la Province de Namur, s'y sont d'ailleurs rendues pour obtenir une meilleure vision du fonctionnement de chacun de ces centres. Chacune de ces plateforme fonctionne différemment : type de violence (conjugales, familiale,...), secret professionnels partagé ou non, lien avec la justice etc.

Quels sont les avantages du développement de ce type de plateforme ?

Diminution de la violence

Selon Pascale Franck, la coordinatrice du FJC d'Anvers, une diminution des récidives de violences a été constaté. En effet, depuis le début de la création de la plateforme des chiffres montrent que les récidives sont passées de 65 % à 32 %. Bien que ce chiffre reste toujours trop élevé, il prouve l'efficacité de ce système collaboratif.

Facilité d'accès pour les victimes

Dans le passé, une étude a été réalisée à Anvers montrant qu'une victime de violence se rendait ou contactait en moyenne 7 prestataires différents pour trouver toute l'aide nécessaire. Il s'agit sans doute de l'avantage essentiel du Family Justice Center : un contact unique pour la victime de violence en province de Namur.

Collaboration des professionnels de tout horizon

Lorsqu'une personne est victime de violence, elle est mise en contact avec de nombreux corps de métiers : assistant social, infirmier, avocat, policier, psychologue,... Le FJC a pour but de représenter chacun de ces métiers pour couvrir tous les besoins possibles des victimes. Ce rapprochement des professionnels permettra également de parfaire la formation et la sensibilisation.

Un projet de longue haleine pour le milieu de la santé et des affaires sociales à Namur...

Rome ne se créa pas en un jour et le Family Justice Center namurois - qui portera un nom qui lui sera propre - ne fera pas exception. Main dans la main, la Ville de Namur et la Province de Namur, tentent de créer un maximum de collaborations avec les acteurs locaux : asbl, services judiciaires, hôpitaux, services publiques,... Des groupes de travail à Namur ainsi qu'à Dinant ont été réalisés tout au long de cette année, des journées consacrées au secret professionnel sont prévues, des visites de structures multidisciplinaires existantes vont être organisées, un comité de pilotage va être mis sur pied,... Bref, de nombreuses actions concrètes sont déjà prévues pour la suite de ce projet ambition que je suis fière de soutenir.

#violence #violences #violencesfaitesauxfemmes #violenceconjugale #familyjusticecenter #FJC #Namur #provincedeNamur #VilledeNamur #santé #JournéeInternationalecontrelesviolencesfaites #Genevièvelazaron

51 vues

© 2020 Geneviève Lazaron

  • Facebook Genevieve Lazaron
  • YouTube Genevieve Lazaron
  • Instagram Genevieve Lazaron