• Geneviève Lazaron

Lundi 25 novembre : campagne Ruban Blanc


Depuis 2002, l’institution provinciale joue un rôle privilégié dans la lutte contre les violences entre partenaires et coordonne la mise en place de différents plans d’action, de formations et de prévention. Ce lundi, Geneviève Lazaron, Députée provinciale en charge des Affaires sociales et sanitaires était présente au côté des responsables du service provincial de l'Egalité des Chances pour un lâcher de ballons blancs symbolique depuis les jardins du Palais provincial. Une soixantaine d'élèves les avaient rejoints pour soutenir le mouvement.

En Belgique, une femme sur trois peut être victime de violence, qu’elle soit physique, sexuelle et verbale et ce parmi toutes les classes sociales. La plupart des cas se déroulent en présence des enfants et si eux-mêmes ne souffrent pas toujours de maltraitance physique en pareille situation, ils en ressentent néanmoins un traumatisme certain.

Il ne faut pas attendre d’être le 25 novembre pour voir, écouter, agir, comprendre … Et ce n’est hélas pas uniquement à Namur que ça se passe, c’est partout…

En développant son dispositif de lutte contre les violences entre partenaires, la Wallonie a, depuis 2009, renforcé le rôle des coordinations provinciales avec les communes par le biais de plates-formes de concertation avec les acteurs de première ligne amenés à prendre en charge au quotidien auteurs, victimes et enfants dans le cadre des violences entre partenaires (les zones de polices, les maisons d’accueil, les services d’accompagnement des victimes, les plannings, les associations qui font du travail de responsabilité des auteurs).

Pourquoi un ruban blanc ?

Ce ruban blanc rappelle le carnage survenu le 6 décembre 1989 à l’université polytechnique de Montréal. Quatorze jeunes filles furent assassinées par un forcené qui, juste avant de perpétrer ce crime horrible, avait pris soin de faire sortir les hommes présents tout en clamant qu'il haïssait les féministes. L'homme retourna ensuite l’arme contre lui.

Durant la période qui sépare le 25 novembre, Journée internationale de Lutte contre la Violence faite aux Femmes, et le 6 décembre, anniversaire de la tuerie de Montréal, des hommes canadiens avaient décidé de porter le ruban blanc sur leurs vêtements pour montrer leur soutien.

​​La campagne « ruban blanc » est l’une des actions de prévention et de sensibilisation aux violences entre partenaires. Aussi, le fait d’arborer un ruban blanc signifie sa protestation face à toute forme de violence entre partenaires et son engagement moral à respecter son conjoint.

Dans l’arrondissement judiciaire de Namur (soit 6 zones de Police, 50 nouveaux dossiers de violences conjugales arrivent par semaine au Parquet.

Etre victime de violence c'est : Vivre dans la crainte, Imaginer qu'on y est pour quelque chose, Oublier que l'on peut ne pas être d'accord, Lentement descendre aux enfers, Enfermer son désarroi , Nier que l'on est la victime, Craindre à tous les instants, Esquiver les coups.

Notre devoir, c'est de : Voir les choses qui se passent autour de nous, Intervenir pour aider les victimes, Ouvrir nos portes et notre coeur, Lancer des pistes pour les aider, Ecouter, Nourrir l'espoir de jours meilleurs, Combattre toutes les violences, Encourager.

La campagne Ruban blanc, c'est tout une série d'actions qui vont se succéder à Namur ces prochains jours : le 25 : lâcher de ballons blancs au Palais provincial, distribution de rubans blancs à la gare de Namur mis aussi tournage de saynètes sur le sujet, mardi 26 : projection-débat à l'Eldorado à 19h à Namur autour du film "L'Un contre l'Autre".

.

#rubanblanc #campagne #lazaron

© 2017 Geneviève Lazaron

  • Grey Facebook Icon
  • Grey RSS Icon