• Geneviève Lazaron

Le dopage dans le sport: un fléau pour tous les sportifs!


Ce mercredi 18 octobre, le Docteur Anne Daloze, Directrice de l'Organisation Nationale anti-dopage (ONAD), est venue présenter la conférence "Le dopage dans le sport" à Namur. Cette conférence s'inscrit dans la continuité du thème abordé l'année dernière: "L'alimentation des sportifs et compléments alimentaires".

Ce que nous avons appris ...

Au début de son intervention, la conférencière a d'abord rappelé que le concept de devenir "meilleur que les autres" grâce à des substances n'était pas nouveau. En effet le fléau du dopage existe depuis l'Antiquité: les athlètes grecs avec de la viande, les romains avec l'hydromel! Le phénomène était d'ailleurs étendu au monde entier et a perduré dans le temps. Ce n'est que dans les années 60 que des règles ont été instaurées. La Belgique et la France étaient les premiers pays à mettre en place des actions anti-dopage et à prévoir des sanctions.

Ensuite, le docteur a détaillé la raison pour laquelle il était important d'interdire le dopage, qu'il soit volontaire ou non. Il s'agit avant tout d'un non-respect du principe d'égalité des chances et, par conséquent, de l'éthique sportive. Par ailleurs, le fait de consommer des substances pour améliorer ses performances est un danger pour la santé des sportifs dopés et pour celle des adversaires. L'interdiction a donc pour but de protéger les sportifs "non-dopés", de crédibiliser une compétition saine et sécurisée pour tous, de valoriser l'esprit sportif et la cohésion sociale et, enfin, de donner le bon exemple aux jeunes.

Aussi, Anne Daloze a énuméré les nombreux dangers liés à la santé suite à la prise de substances dopantes. Entre autres, nous avons appris la nuance entre boissons énergisantes (boostant qui n'est pas destiné aux sportifs) et énergétiques (adaptées aux besoins des sportifs), deux termes souvent confondus.

Aussi, la conférencière, très active dans le domaine, a cité les différents rôles de l'ONAD ainsi que les règlementations en matière de dopage à l'international. La lutte contre le dopage qui se défini par 10 violations a été minutieusement décrite elle-aussi.

De façon très surprenante, nous avons pu apprendre que le dopage ne concernait pas tant les sportifs de haut niveau puisque 30% des contrôles de dopage concernent les sportifs amateurs!

Les étapes d'un contrôle anti-dopage

La dopage involontaire, ça existe!

Il arrive que des personnes se "dopent" sans même s'en rendre compte, notamment avec des médicaments qu'ils prendraient quotidiennement. Chacun peut aller vérifier les propriétés des médicaments qu'il consomme sur le site internet CBIP.be

La conférence s'est terminée par des échanges constructifs entre le public et l'intervenante. Nous en sommes tous ressortis enrichis avec la volonté de partager notre frais savoir avec notre entourage... et avec mes abonnés!

Mon avis en bref

A mon sens, si le sport est le « dépassement de soi », et des autres dans le cas d’une compétition, c’est un dépassement physique et mental, pas le dépassement des règles et encore moins l’oubli du « fair-play », pilier central du sport. Geneviève Lazaron

#namur #dopage #conférence #santé #antidopage #ONAD #provincedenamur #fairplay

© 2017 Geneviève Lazaron

  • Grey Facebook Icon
  • Grey RSS Icon